Jeûne intermittent : un nouveau défi

Verres d'eau sur une table avec le reflet du soleil

Bien le bonjour à toute et à tous ! Après quelques semaines de repos et de réflexions, c’est avec grand plaisir que je reviens avec de nouvelles idées, de nouvelles envies et de nouveaux défis. Le premier défi que je me lance est un jeûne intermittent. Aujourd’hui, on peut dire que cette pratique est devenue en quelque sorte « tendance ». Surtout pour faire régime. Personnellement, je vois ça plutôt comme un mode de vie, une discipline qu’on se fixe pour atteindre des objectifs.

Le jeûne intermittent : c’est quoi ?

Le jeûne est une pratique millénaire. On en parle dans toutes les civilisations, religions et autres philosophies. Pour nombre d’entre nous, l’idée de jeûner est totalement inconcevable car cela s’avère dangereux ou bien un acte « totalement inconscient ». Si on se penche sur la question, on découvre que cette pratique est purificatrice d’un point de vue santé mais pas que. On note également des bienfaits au niveau psychologique et physiologique. Le jeûne est un acte naturel qui est présent chez de nombreuses espèces (l’homme y compris) pour aller vers un mieux-être.

Le but de cet article n’est pas de vous dresser l’historique ni de vous donner des explications exhaustives sur la mise en oeuvre d’une telle pratique. L’intention de cet article est de piquer votre curiosité envers cette pratique, au cas où vous n’en auriez jamais entendu parler. Bien qu’aujourd’hui, on ne compte plus les revues féminines, livres, blogs et autres supports qui vantent les mérites du jeûne, notamment le jeûne intermittent, pour une raison bien précise : perdre du poids.

Mais encore…

Je pense qu’on ne peut pas envisager un jeûne uniquement pour perdre du poids. Bien au contraire, le jeûne qu’il soit intermittent ou non, constitue une véritable démarche personnelle. Il faut le ressentir au plus profond de soi. Avoir le besoin de faire table rase. Se sentir mieux en soi. Plus léger peut-être. Plus conscient. En finir avec les douleurs, les bobos du quotidien et les petites tracasseries mentales. Même si l’on aimerait croire que cela va tout seul, c’est une expérience dure et éprouvante.

Le jeûne permet de résoudre pas mal de soucis et surtout d’être en communion avec soi-même en apprenant à se connaître de l’intérieur. Un voyage très particulier en quelque sorte, auquel on n’est pas habitué et c’est pourquoi cela fait peur. Mais si vous en ressentez l’envie je ne peux que vous conseiller d’essayer. Attention, avant toute chose, il est recommandé de consulter son médecin traitant ou un(e) diététicien(ne) pour avoir son avis et surtout pour savoir si votre état de santé actuel vous permet de la faire ou si vous devriez être suivi médicalement pendant le jeûne. 

Jeûne intermittent - Personne seule qui marche sur un chemin dans un bois
Le jeûne n’est pas une balade de santé..

Mon expérience avec le jeûne

En août 2013, après avoir vu un reportage sur Arte, j’ai décidé de pratiquer un « jeûne hydrique » pendant 5 jours. Pendant 5 (longues) journées, je n’ai absolument rien mangé. Juste bu de l’eau pour hydrater le corps et l’aider à se nettoyer et éliminer les toxines. L’expérience fût forte et puissante. En 5 jours, j’avais perdu près de 7 kg. Mes douleurs dans le dos et les genoux avaient disparus. Et le premier repas que je mangeais après 5 jours avait un goût de paradis. C’était un  verre de jus de pomme avec une tartine de fromage frais. 

Je savais qu’un jour ou l’autre, je réitèrerais l’expérience. Et c’est maintenant que ça se passe ! J’ai décidé de me lancer dans un nouveau jeûne mais cette fois-ci un jeûne intermittent. Autrement dit, il s’agit d’alterner des périodes de jeûne plus ou moins longues avec des périodes d’alimentation. La plus commune est la pratique 16/8. Jeûner pendant 16 heures d’affilées et puis s’alimente durant une période de 8 heures. Typiquement, vous mangez de 12 h à 20 h et puis vous jeûner de 20 h jusqu’au lendemain midi.

D’autres tranches horaires existent… le minimum est de 16 heures de jeûne. Et puis ça peut aller jusque 24. Pour ma part j’ai opté pour la tranche 22/2… C’est-à-dire jeûner pendant 22 heures d’affilées et m’alimenter pendant 2 heures. La durée d’un jeûne intermittent varie en fonction des personnes. Traditionnellement, on commence avec quelques jours voire une semaine. Pour ma part, je me lance le défi de tenir un mois. Je suis admiratif quant aux personnes qui en ont fait leur mode de vie et qui pratiquent le jeûne intermittent tout au long de l’année. Dans l’espoir de vivre le plus longtemps possible et en bonne santé !

Pourquoi je fais un jeûne intermittent ?

« Cultive ton Goût » est un blog qui parle d’épicurisme, une véritable ode à la bonne chair et aux plaisirs des bons vivants dont je fais partie. Selon moi, le jeûne rentre totalement dans ce cadre. J’en parlerai dans un article ultérieurement. Mais en quelques mots, je suis convaincu que le jeûne fait partie intégrante de la philosophie épicurienne pour apprendre à profiter de l’instant, prendre conscience de ce que l’on a et surtout apprendre à mieux se connaître. Au niveau du goût, retrouver le sentiment de satiété et surtout le plaisir de manger sainement.

Ainsi, je pratique le jeûne intermittent dans le but d’essayer de me rapprocher de mon idéal de l’épicurisme. En 2010, je suis devenu minimaliste. Une philosophie de vie venue du Japon et portée en étendard par de nombreux personnes à travers le monde. J’ai été séduit totalement par ce mode de vie. Parmi les principes fondamentaux, on retrouve la frugalité. J’ai toujours été fasciné par cette manière de s’alimenter qui n’est autre que la base de ce blog : manger moins et mieux. Manger frugalement se rapproche donc de l’idéal épicurien, philosophiquement parlant. 

Par contre, je ne me voyais pas refaire un jeûne hydrique comme il y a quelques années. Même si les effets ne seront pas forcément les mêmes avec un jeûne intermittent, il y en aura bel et bien. Parmi les effets bénéfiques, on retrouvera notamment l’autophagie : une purification de l’organisme via l’élimination des toxines et des cellules malades. Mais aussi l’élimination des graisses et du sucre afin de prévenir du surpoids mais aussi du diabète et des problèmes cardio-vasculaires. Enfin, le dernier point positif qui m’intéresse est le fait de ressentir l’amélioration de mes performances physiques et intellectuelles.  

Résumé de mon défi de « jeûne intermittent »

  • Jeûne intermittent 22/2 (un repas par jour)
  • Manger entre 19 h et 21 h
  • Jeûner entre 21 h et 19 h le lendemain
  • Pendant le jeûne : boire de l’eau, des infusions et du thé (sans sucre).
  • Pour manger : une alimentation méditerranéenne, variée et de saison.
  • Durée du jeûne : 1 mois
  • Début : 28 septembre – 28 octobre.

Chaque semaine, je vous ferai part de l’évolution de la situation. Ça va être dur ? Oui hein ! Mais c’est pour la bonne cause ! Vous pourrez suivre les aventures en photos sur Instagram et sur la Page Facebook.

Après avoir lu cet article, que pensez-vous sincèrement de cette démarche ?

Avez-vous déjà pratiqué le jeûne ? Et si c’est le cas, que retirez-vous de l’expérience ?

Merci à vous 🙂

Au plaisir !

Si vous voulez en savoir plus sur le jeûne :

Crédits images : Jana Sabeth, Philipp Deus

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire