Fruits d’été : frais, juteux et parfumés

Abricotier chargé de fruits à la lumière du soleil.

Avec ces chaleurs typiques de la saison estivale, rien de tel que de se rafraîchir en croquant dans un de ces fruits d’été sucrés, juteux et parfumés à souhait. Durant l’été, nous allons retrouver des fruits à noyaux essentiellement et d’autres qui contiennent plus de 90 % d’eau. Grâce au soleil, les fruits se gorges de sucres et se parent de couleurs intenses pour notre plus grand plaisir.

Il est bien évident que les fruits dont je vais vous parler sont propre à l’été mais il est tout à fait possible de consommer encore des fruits de printemps au début de l’été ainsi que de consommer les premiers fruits d’automne à la fin de l’été. Profitons-en pour faire le plein de jus, de vitamines et pourquoi pas de confitures maison, de tartes et d’encore bien d’autres délices.

L’abricot : l’or des fruits d’été

Originaire de Chine où il pousse depuis 4000 ans, il est arrivé dans nos régions vers la fin du XVIIe siècle sous le règne de Louis XIV. Aujourd’hui, la France est le deuxième pays producteur en Europe après l’Italie. On en trouve aussi en Suisse dans le Valais, et bien sûr en Espagne. Les principales régions de production françaises sont la Drôme Provençale, le Gard et le Roussillon. Le Roussillon peut se targuer d’avoir une AOC pour ses abricots.

On y trouvera notamment les variétés Royal, Helena et Gâterie pour les abricots rouges du Roussillon. Dans les autres régions productrices, on y cultive les variétés Bergeron, Orangered, Bergarouge, Goldrich ou encore Kioto. En fonction des variétés, vous aurez des abricots sucrés ou acides. Il existe des variétés de bouche, de table, pour les confitures, les pâtisseries ou encore pour la distillation. La saison des abricots s’étale du mois de juin à la fin du mois de septembre. Une variété dure environ deux semaines et toutes les deux semaines, on change de variété pour tenir toute la saison.

Les abricots que vous trouverez sur les étals dès le printemps sont des fruits qui viennent d’Espagne ou du Maroc mais qui ne sont pas encore arrivés à maturité. Ce n’est pas pour rien si ce sont des fruits d’été. Il convient de les conserver à température ambiante et de les consommer dans les 3-4 jours. Néanmoins, il est possible de les conserver une semaine au réfrigérateur en prenant la peine de les sortir quelques heures avant de les consommer. La couleur n’est pas forcément gage de qualité. Cela dépend des variétés et des usages. Il faut compter entre 2 et 4 € le kilo.

Femme avec un chapeau qui cueille des pêches à la peau duveteuse dans un verger ensoleillé.
Les fruits à noyaux comme les pêches ou les abricots sont typiques des fruits d’été.

Les pêches et les nectarines : fruits d’été par excellence

Originaires également de Chine, ces fruits d’été sont arrivés chez nous avec les caravanes des routes de la soie et les grands explorateurs. Aujourd’hui, ce sont l’Espagne, l’Italie, la Grèce et la France qui sont les plus gros producteurs. En France, les régions de production sont l’Occitanie, la région PACA et le Rhône-Alpes. La saison des pêches et des nectarines s’étend du mois de mai au mois de septembre.

De nos jours, la consommation de nectarines est supérieure (60 %) à celle des pêches (40 %). Juste pour la précision, la nectarine est en fait une variété de pêche mais à peau lisse. Contrairement aux pêches qui ont la peau duveteuse. Que ce soit pour les nectarines ou es les pêches, il y a les variétés rondes à chair jaune, blanche ou rouge (sanguine). Et puis, il y a les pêches plates et les nectarines plates, toutes à chair blanche.

Les fruits à chair blanche sont plus sucrés que ceux à chair jaune. Ces fruits d’été sont bons lorsqu’ils sont croquants, juteux et sucrés. Pour des fruits de bonne qualité gustative, il faut acheter ses fruits entre 3 et 5 € le kilo. Il existe aussi ce qu’on appelle les « pêches de vigne ». Ce sont des fruits qui poussent dans des terres appropriées pour la vigne. Elles ont une chair rouge typique. Les « brugnons » sont des fruits dont la chair colle au noyau lorsque vous les mangez. Pour plus d’infos sur les variétés cultivées en France, il y a le site de l’AOP des Pêches et Abricots de France.

Le melon : du parfum et des couleurs

Le melon est un fruit qui était autrefois considéré comme un légume puisqu’il fait partie de la grande famille des cucurbitacées au même titre que les concombres, les courgettes et les potirons. Ce sont des fruits dont on consomme uniquement la chair, composée à plus de 90 % d’eau, puis de fibres, de sucres et de vitamines. On trouve du melon sur nos étals de janvier à octobre. Mais la vraie saison de ces fruits, c’est l’été (juin à septembre). En dehors de cette saison, il faut aller chercher les melons plus loin.

Ainsi du mois de janvier au mois de mai, on trouvera sur les étals des melons du Sénégal, puis des melons des Antilles (Melon de Guadeloupe IGP). Ensuite, on reviendra vers le Maroc et l’Espagne. À partir du mois de juin jusque fin septembre, ce seront les melons français. Les melons de Cavaillon (sud-est). Puis les melons du Quercy IGP (sud-ouest). Et Enfin, les melons du Haut-Poitou IGP (centre-ouest). En France, on cultive uniquement le melon « charentais jaune », à la peau lisse ou ridée verte-jaune et une chair orange.

Il existe aussi le melon « charentais vert », produit en Espagne ou au Maroc, à la peau ridée, couleur verte-grise et chair orange. Ensuite, il y a aussi le melon « Galia » : forme ronde, peau ridée de couleur jaune et à la chair verdâtre-blanchâtre. Puis, le melon « Canari » : forme ovale, peau lisse de couleur jaune, chair verdâtre-blanchâtre. Et enfin, il y a le melon « Piel de sapo » : forme ovale, peau de couleur peau de crapaud (comme son nom l’indique) et à la chair blanche. Il faut compter entre 2 et 3 € pièce en fonction de la variété et de la qualité du melon.

Brouette de melons et de pastèques de différentes variétés et de différentes couleurs.
Les melons et les pastèques font partie de la famille des cucurbitacées.

La pastèque : un fruit qui pèse

La pastèque est originaire d’Afrique. Elle était cultivée par les Égyptiens dans la vallée du Nil, il y a plus de 5000 ans. Au XIIIe siècle, les berbères la ramènent en Espagne. De là, sa culture s’est répandue dans toute l’Europe. Cousine du melon, elle est également composée à plus de 90 % d’eau et puis ce sont des fibres, des protéines et des sucres. C’est un fruit de la famille des cucurbitacées. Il pèse entre 2 et 20 kg en fonction de la variété et du climat.

La saison de la pastèque démarre en juin et se termine en septembre. La majorité des pastèques que nous consommons proviennent d’Espagne ou du nord de l’Afrique. Mais on en trouve aussi en France. On trouve notamment en Alsace des cultivateurs de mini-pastèques sans pépins. Il existe principalement trois grands types de pastèque.

  • celles de bouche à chair sucrée,
  • celles pour la confiture,
  • et enfin les pastèques amères pour extraire de l’huile de ses pépins (Afrique).

Ces fruits d’été coûtent entre 1 et 2 € le kilo. Parmi les pastèques de table, vous trouverez plusieurs variétés avec ou sans pépins. Grosses, petites, rondes, allongées, à peau verte à rayures, à peau noire ou à peau verte claire. Une fois cueillie, la pastèque ne mûrit plus. Par contre, à température ambiante, sa saveur et sa couleur se développent encore pendant quelques jours. Au plus elle est lourde, au mieux c’est. Cela veut dire qu’il y a une bonne concentration en sucres et enfin elle doit sonner creux.

D’autres fruits d’été

Vers la fin de la saison estivale, de mi-août à mi-septembre, on a l’occasion de se délecter des mirabelles. Elles sont cultivées en Lorraine, en Alsace et en Rhône-Alpes. Mais c’est bien évidemment la mirabelle de Lorraine IGP qui remporte le trophée puisque cette région représente à elle seule les 3/4 de la production mondiale de mirabelle). Les mirabelles présentent une couleur jaune remarquable et en fonction de la variété leur peau est tachetée de points rouges-violets. Elles sont source de sucres, de fibres et de vitamines.

Bien sûr, comme je l’ai mentionné plus au début de cet article, vous pourrez continuer à consommer des fruits de printemps comme des cerises, des fraises ou des framboises au début de la saison estivale. Puis vers la fin de l’été arriveront les premiers fruits d’automne comme les prunes, les raisins ou les figues. L’été est vraiment une saison remarquable pour manger des fruits et les employer dans diverses préparations comme des pâtisseries, des tartes, des soupes froides ou encore des liqueurs et autres alcools.

Voilà, j’espère que cet article vous aura donné envie de dévorer ces fruits d’été juteux et sucrés à souhait ! De mon côté, je vais en profiter à fond et faire quelques réserves pour les mois les plus froids de l’année et ainsi réaliser quelques produits maison de conservation. Je vous remercie pour votre lecture et votre confiance ! 😉

Merci de bien vouloir partager pour faire connaître le blog et ses articles ! 🙂

Au plaisir !

Article 47/50 du défi “Manger moins et mieux : en 50 semaines

Crédits images : Steve Harvey, Christiann Koepke, Loren Joseph

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  

2 Replies to “Fruits d’été : frais, juteux et parfumés”

  1. 47ème défi sur les 50!! on se rapproche! chouette article!

    1. Merci Seb ! Yes, on arrive bientôt à la fin du défi ! 🙂 ça fait plaisir ! Il faut tenir bon, encore 3 articles pour crier victoire !

Laisser un commentaire