Céréales : quinoa, boulgour, semoule et compagnie

Céréales quinoa boulgour blésemoule

Les céréales font partie intégrante de notre alimentation de tous les jours. Elles sont pleines de vertus et constituent une source de protéines. Ce sont des féculents qui apportent des sucres lents et donc de l’énergie. En prime, elles contiennent peu de calories. Si les céréales sont associées à des légumineuses, nous avons là le combo gagnant d’un point de vue santé !

En plus du pain et des pâtes, il existe d’autres options pour introduire les céréales dans notre alimentation quotidienne. Dans cet article, j’ai dressé une liste non exhaustive puisque de nouveaux produits apparaissent sans cesse, néanmoins vous trouverez ici les principales céréales disponibles un peu partout que ce soit en grandes surfaces ou en magasins plus spécialisés.

Quinoa : « pseudo-céréale » d’Amérique du sud

Le quinoa a réalisé une percée en force ces dernières années. Il a rencontré un franc succès auprès de celles et ceux à la recherche de nouvelles saveurs mais aussi auprès des personnes qui suivent un régime sans gluten car le quinoa n’en contient pas. La variété la plus consommée reste le quinoa blanc, plutôt « fade » en bouche bien que selon les variétés, il est possible d’y ressentir un léger goût d’amande ou de cacahuète comme c’est le cas pour le quinoa rouge ou noir.

Il provient traditionnellement du Pérou et de Bolivie. De préférence, choisissez celui de Bolivie, il est totalement artisanal et exempt de produits chimiques, car il est cultivé à une telle altitude que les insectes et autres nuisibles ne s’y trouvent pas. Au Pérou, la culture y est intensive, l’altitude importe peu, le travail est facilité par les machines, les produits chimiques ainsi que par les manipulations génétiques de laboratoire.

Celui du Bolivie coûte un peu plus cher, un peu plus de 10 € le kilo, contre 7 € le kilo pour celui du Pérou. Néanmoins, on en cultive un peu partout aujourd’hui en Europe, et notamment en France du côté de l’Anjou, en Belgique et en Italie du nord. Le quinoa européen a un prix oscillant entre 8 et 12 € le kilo.

Le quinoa de Bolivie au moment de la récolte avec ses champs de couleurs magnifiques.
Le quinoa de Bolivie au moment de la récolte avec ses champs de couleurs magnifiques.

Boulgour : céréales concassées

Le boulgour est la transformation d’une céréale : le blé dur. De manière artisanale, ce sont des grains entiers de blé précuits qui sont ensuite séchés au soleil avant d’être enfin concassés grossièrement. Même si le Boulgour de blé dur est le plus traditionnel, il existe aujourd’hui une offre beaucoup plus diversifiée avec du boulgour d’épeautre, de petit épeautre et de riz, et sûrement d’autres, inconnus à ma connaissance.

En général, il nécessite moins de 10 minutes de cuisson puisqu’il est déjà précuit. De tradition typiquement libanaise, c’est l’ingrédient phare du taboulé. Mais il peut néanmoins entrer dans d’autres préparations et accompagnements. Pour du boulgour, il faut compter entre 3 et 5 € le kilo.

Semoule : le cœur des céréales

La semoule est une céréale transformée, le plus souvent à base de blé dur. Le blé arrive à l’usine, analysé, mélangé, nettoyé, mouillé et puis décortiqué et tamisé pour séparer l’écorce du grain. La semoule c’est le cœur du grain. Il existe différentes moutures (grosse, moyenne et fine). Plus la semoule est fine, plus elle est utilisée en pâtisserie pour les gâteaux, les tartes mais aussi pour réaliser des pâtes ou de la pâte à pizza. Mais le plus souvent, on la consommera dans le fameux couscous. Le couscous, c’est la semoule précuite et séchée. La semoule de blé est aux environs de 2 € le kilo.

Une autre semoule sur le marché est la semoule de maïs, plus connue sous le nom de « polenta », largement consommée dans les pays de l’est comme la Roumanie mais aussi en Italie du Nord. Son point fort est que le maïs est une céréale sans gluten. Environ 3 € le kilo. Il existe également de la semoule de riz, de millet et de manioc.

Le couscous est une transformation de la semoule de blé dur.
Le couscous est une transformation de la semoule de blé dur.

Autres céréales disponibles

Bien sûr, il existe aussi les céréales en tant que telles que l’on cuisine et consomme de la même façon que le riz. On trouvera assez facilement de l’orge, du blé, du seigle, de l’épeautre et du petit épeautre qui est la variété de céréale la plus ancienne et aussi la première à avoir été cultivée il y a 12000 ans. Ces céréales sont disponibles essentiellement dans les magasins ou aux rayons d’alimentation biologique.

Moins courants mais tout aussi riches en bienfaits, vous trouverez le fenugrec, petite graine avec un goût très particulier qui parfume agréablement les fromages. Il existe aussi le « pil pil » (blé dur complet). Pour ceux qui suivent un régime sans gluten, le sorgho et le millet sont à privilégier, ces céréales proviennent d’Afrique. Et enfin, le sarrasin, aussi appelé le blé noir, largement utilisé en Bretagne dans de nombreuses préparations.

Et pour le petit déjeuner, les flocons d’avoine, de maïs, d’orge et le riz soufflé ! Ça en fait quand même ! 🙂 Si vous pensez à d’autres choses, partagez-les dans les commentaires.

À vous maintenant !

Voilà l’article terminé, je suis content d’avoir partagé avec vous ces quelques mots sur les céréales. Comme vous pouvez le constatez, il est possible de varier considérablement ses repas en travaillant avec tous ces produits listés ci-dessus. N’hésitez pas à consulter vos livres de recettes, des sites spécialisés en ligne qui vous donneront des idées de recettes délicieuses et faciles à réaliser.

Comme d’habitude, si vous avez aimé l’article, partagez-le et si vous le souhaitez, vous pouvez donner votre avis sur des céréales que vous auriez goûtées dans telle ou telle autre préparation. Et pourquoi pas donner des idées de recettes… 😉

Et pour aller plus loin, voici un article sur le riz.

Prenez soin de vous ! L’alimentation est très importante pour la santé !

Au plaisir !

Article 30/50 du défi “Manger moins et mieux : en 50 semaines

Crédits images : Kira Hoffmann, Juan Carlos Torrico, pixel1

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire